Des activistes sahraouis des camps de Tindouf ont réussi à remettre en main propre à la présidente de la Fondation Robert Fitzgerald Kennedy (RFK), Kerry Kennedy, un rapport accablant sur le détournement des aides humanitaires, malgré les mesures de sécurités exceptionnelles mises en place à l’occasion de la visite de la délégation américaine. Nous apprenons de source sûre dans le camp de Smara, qu’une jeune femme, membre de la Coordination des femmes sahraouies militant pour le changement de la direction du Polisario, a réussi a remettre une enveloppe à Kerry Kennedy et qui contenait, des documents sur les détournements des aides humanitaires internationales par les proches collaborateurs du chef du Polisario, Mohammed Abdelaziz, dont son épouse, Khadija Bent Hamdi, ministre de la culture.
Selon M.O.K, un dissident sahraoui qui a préféré garder l’anonymat par peur de représailles, l’enveloppe contient une liste de noms, des photos, des données chiffrées et de nombreux témoignages sur plusieurs opérations de détournements des aides humanitaires ainsi que sur les grosses fortunes cumulées par des membres influents du Polisario.

Durant leurs déplacements dans les rares endroits où ils ont été autorisés à se rendre sous le prétexte d’un éventuel enlèvement de Kerry Kennedy, lors de leur visite mercredi 29 août, dans les camps de Tindouf, ajoute la même source, les membres de la délégation américaine se déplaçaient sous une forte escorte des milices civiles du Polisario et de plusieurs éléments civils des services de renseignement algérien habillés en gandouras sahraouies. Trois jours avant l’arrivée de Kerry Kennedy et de ses accompagnateurs, les milices civiles du Polisario appuyées par des unités de la gendarmerie, de la police militaire et des services de renseignement militaires (DRS) algériens escortés de camions militaires et de véhicules blindés et antiémeutes, raconte notre correspondant basé à Rabouni, ont passé au peigne fin « Zanga-Zanga » tous les camps. Profitant de l'isolement des camps de Tindouf du reste du monde et l'absence d'Internet et des médias étrangers, ces unités ont organisé une rafle générale dans les règles de l’art, pour appréhender les opposants, les activistes, les dissidents, les jeunes contestataires militants du mouvement du 5 mars, même les enfants mineurs et les femmes n’ont pas été épargnés. Les personnes arrêtées ont été embarquées avec les détenus dans des camions et des pick-up et ont été expédiés vers le nord-est algérien pour une destination inconnue.
Avec les informations qui circulaient sur un probable enlèvement de Kerry Kennedy, explique notre source, les membres de la délégation américaine n’ont pas posé trop de questions sur l’imposant dispositif sécuritaire ni sur l’annulation de l’étape Rabouni prévue au programme initial de leur visite. Sauf que des opposants et les protestataires qui attendaient Kerry et ses compagnons dans le camp de Rabouni, ont pu quand même faire transmettre en cachette, à la présidente de la FRF, des lettres l’informant de la réalité des choses dans les camps de réfugiés et des abus du Polisario et de ses milices. Kerry Kennedy a vainement demandé à rencontrer la famille de Mustapha Salma Ould mouloud, mais la direction du Polisario à opposé un non catégorique à cette demande. Les rejets d’autres requêtes formulées par la délégation américaine et les contraintes sécuritaires qui lui ont été imposées, ont précipité son départ de Tindouf, alors qu’elle comptait y séjourner au moins trois ou quatre jours.