Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe

                                                A Son Excellence Monsieur le Secrétaire

                                                  Général des Nations Unies, Ban Ki Moon

                                                

                                                      .

Excellence, Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies

Le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe, Organisation Non Gouvernemental, regroupant dans son siège de Conseil d’Administration une quarantaine d’ONG et d’Associations établis en Europe, est très inquiète des dernières agitations dans lesquels s’enlise la région du Maghreb. La situation alarmante dans la région du Sahel et de l'Afrique Subsaharien fragilise la sécurité en place et enfonce le futur sécuritaire du Maghreb dans l'incertitude totale. Dans le cas présent, selon des experts occidentaux ainsi que par Antonio Maria Costa, le directeur de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), les terroristes commencent à puiser dans les ressources du trafic de drogue et dans les séquestrations des innocents pour financer leurs opérations sanglantes.

Le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe recourt à Votre haute autorité pour Vous exprimer ses inquiétudes ainsi que ses préoccupations en rapport avec la réception que Vous avez réservée au Chef des séparatistes du Polisario Monsieur Mohammed Abdelaziz.

Le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe tient à Vous déclarer que cette entrevue accordée à un tortionnaire blesse sérieusement les sentiments du peuple marocain et particulièrement tous les sahraouis. Dans ce sens, nous tenons à Vous rappeler quelques vérités et réalités, amères, dans lesquels s’engloutissent beaucoup de séquestrés dans les geôles de Tindouf, sur le sol algérien. Depuis le début de l’année nous assistons à un retour massif de beaucoup de familles marocaines à leur mère patrie, le Maroc. Ce retour s’est vu monter en flèche ces dernières semaines et dévoile, ainsi, la détermination des enfermés dans les camps de Polisario de rejoindre leur pays, le Maroc. Ces rescapés qui ont échappé aux camps de concentration et de la haine ont rejeté l’enfermement organisé par des mercenaires, dont le Chef est le séparatiste Mohammed Abdelaziz, sous contrôle et supervision des généraux de l’armée algérienne.  

Le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe affirme que, en faisant fi des réalités affligeantes que nos familles marocaines endurent et subissent dans les camps de la haine, cette rencontre porte gravement préjudice aux décisions 1813 et 1871 du Conseil de Sécurité.

Le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe estime que cette rencontre a grossièrement violé les normes présidant aux relations internationales. Le refus, affiché, des milices de Polisario de coopérer avec le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés pour recenser les séquestrés de Tindouf est une preuve tangible de l’illégitimité de la personne rencontrée. C’est pourquoi, nous jugeons que cette réception est contre-productive. En outre, elle abaisse les efforts faits par le Secrétariat général et son Envoyé personnel Monsieur Christopher Ross en vue de l’application des résolutions 1754 (2007), 1783 (2007) et 1813 (2008) et attise, malheureusement, les tentions dans une région en proie au terrorisme et au slavisme d’Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe, dans ce sens, à la sagesse politique et la clairvoyance des Nations Unies et du Conseil de Sécurité qui sont les véritables outils pour dépasser ce conflit opposant l’Algérie au Maroc. Le Polisario, une faction belliciste bien soutenue par le pouvoir algérien, en jouant sur la carte du droit de l’homme veut faire oublier le sort des milliers de familles marocaines séquestrées et qui subissent régulièrement des sévices, sur son sol.

Dans une Afrique qui se métamorphose et dans une région maghrébine avec un horizon sécuritaire hypothétique le séparatisme est la métastase du terrorisme et du fondamentalisme religieux. Passer outre ces considérations et ces constations dressées par des experts occidentaux compromettra et menacera l’avenir des démocraties qui se mettent en place. Pour cette raison, le projet d’autonomie des provinces du Sud, proposé par le Maroc, est un réel engagement pour trouver une solution à ce problème du Sahara. Opter pour ce projet c’est adopter une stratégie visionnaire capable d’édifier une union du Maghreb Arabe forte apte à faire face aux défis qui s’imposent à toute la région et toute l’Afrique subsaharienne et du Sahel.

Conscient des défis et la responsabilité qui l’incombe, le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe, une structure représentative des sahraouis établis en Europe et au Maroc, souhaite vivement et magnanimement  Votre  rencontre dans le siège des Nations Unies le plus tôt possible afin de Vous  vous faire part de son avis et sa position vis-à-vis ce conflit qui perdue il y a des lustres.

Dans l’attente de Votre réponse favorable, On Vous prie, d’agréer, Excellence, nos hautes considérations et notre grande estime.

                                                                                                       Paris Le 24/04/2010

                                                                                              Le Président du CSCSME