Parlement-diplomatie : L'harmonie entre les décisions du CS et de l'AG, saut qualitatif dans le traitement de la question du Sahara (ministre)

Rabat, 12/11/08-Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taieb Fassi Fihri a affirmé que l'harmonie totale prévalant, depuis 2007, entre les décisions du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Assemblée générale concernant la question du Sahara, constitue un saut qualitatif dans le traitement onusien de ce dossier.

Présentant mardi le projet de budget sectoriel de son département devant la Commission des affaires extérieures, de la défense nationale et des affaires islamiques à la Chambre des Représentants, M. Fassi Fihri a indiqué que, suite à la conjugaison des efforts de toutes les forces vives, cette question cruciale a connu, au niveau de l'ONU, un changement décisif dans lequel le Maroc a pris l'initiative dans la perspective de parvenir à une solution politique, consensuelle et définitive de ce conflit régional.

L'initiative louable de SM le Roi Mohammed VI d'octroyer une large autonomie aux provinces du sud du Royaume, dans le cadre du respect de l'intégrité territoriale et de la souveraineté du Royaume, constitue le choix idoine pour sortir cette question de la léthargie et de l'impasse, a-t-il dit.

En relation avec la cause nationale, le ministre a souligné que la diplomatie marocaine demeure convaincue que l'édification de l'Union du Maghreb Arabe est une aspiration populaire, un choix stratégique, une nécessité sécuritaire et une opportunité pour l'intégration et le développement économique des cinq pays de l'Union.

S'agissant des relations du Maroc avec l'Union Européenne, M. Fassi Fihri a insisté sur le Statut avancé que l'UE a accordé au Royaume, marquant ainsi un tournant décisif dans ses relations avec l'espace européen et constituant un acquis qui reflète la vision clairvoyante exprimée depuis l'an 2000 par SM le Roi, avec l'entrée en vigueur de l'accord d'association, pour l'obtention d'un statut qui soit plus que l'association mais moins que l'adhésion.

Dans ce même ordre d'idées, il a précisé que le document conjoint adopté lors de la 7ème session du Conseil d'association Maroc-UE insiste surtout sur le développement du dialogue stratégique et politique et la promotion du processus d'intégration, à travers la conclusion d'un accord global de libre-échange. Le document stipule aussi l'harmonisation des textes législatifs dans la perspective de la création d'un espace économique commun que les deux parties, le Maroc et l'Union européenne, veulent semblable à celui existant avec des pays européens non-membres de l'Union, telles la Suisse et la Norvège, l'adhésion à de nombreux programmes et agences et la connexion du Maroc aux réseaux européens d'énergie, de transports et d'infrastructures.

Pour ce qui est du monde arabo-islamique, M. Fassi Fihri a affirmé que la diplomatie marocaine poursuit son action en vue de concrétiser la solidarité agissante envers les questions cruciales du Royaume et consolider les mécanismes de coopération et d'intégration.

Le Maroc, sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI, président du comité Al Qods, ne cesse de déployer des efforts constants pour soutenir le peuple palestinien frère, aux plans politique, économique et humain, et favoriser la relance du processus de paix sur la base des résolutions des Nations Unies, de la "Feuille de route", des accords conclus entre les parties et de l'Initiative de paix arabe, en vue de l'établissement d'un Etat palestinien viable, jouissant de la pleine souveraineté et de l'unité géographique indivisible avec Al Qods Acharif pour capitale, a dit le ministre.

Au niveau de l'action islamique commune, M. Fassi Fihri a rappelé que le Maroc a été à l'avant-garde des pays qui ont plaidé pour la dynamisation des mécanismes de solidarité portant sur le financement du développement dans le monde islamique, en particulier en faveur des pays africains les moins avancés.

En ce qui concerne la coopération Sud-Sud et partant de l'approche solidaire adoptée par SM le Roi dans ses dimensions stratégique, diplomatique, spirituelle, économique et humaine, le Royaume s'est engagé dans des partenariats porteurs avec les pays frères africains, qui englobent les domaines du développement humain, tels la santé, l'enseignement, l'agriculture, l'eau et les infrastructures.

Evoquant, par ailleurs, le projet de budget consacré au ministère au titre de l'année 2009, M. Fassi Fihri a relevé que les crédits alloués dans le cadre de ce projet s'élèvent à 1.675.576.000 DHS, soit une hausse de 6,10 pc en comparaison avec le budget de l'année antérieure.

Le ministère s'emploiera, à cet égard, à conforter les acquis réalisés, a assuré le ministre, réitérant la détermination de son département à renforcer l'efficience de l'appareil diplomatique et poursuivre les efforts en matière de mise à niveau des ressources humaines, de modernisation des méthodes de travail et de rationalisation de l'utilisation des ressources financières.

Parmi les priorités qui focalisent l'intérêt du ministère, a-t-il dit, figurent la consécration de l'administration de proximité, l'amélioration et le développement des services consulaires, sociaux et culturels au profit de la communauté marocaine résidant à l'étranger, particulièrement à travers l'actualisation des accords conclus entre le Maroc et les pays d'accueil.

Il a affirmé que grâce aux moyens humains et financiers disponibles dans le cadre du projet de budget, le ministère entend poursuivre l'accomplissement de ses missions dans la gestion des dossiers et questions relevant du domaine diplomatique, en veillant à la mise en Âœuvre judicieuse et harmonieuse du plan de réforme globale arrêté l'année dernière par le département pour le moyen terme.